RRC Mormont : site officiel du club de foot de Mormont - footeo

Banc, nom masculin, long siège avec ou sans dossier sur lequel plusieurs personnes peuvent s'asseoir à la fois...

4 décembre 2018 - 13:55

Aaaaah le banc dans le foot !

Souvent connoté négativement avec des expressions telles que "être relégué sur le banc", "cirer le banc", croupir sur le banc", il s'agit pourtant là, et de plus en plus, de l'arme ultime mise à la disposition de l'entraineur.

Il est bien fini le temps ou le football se jouait à 11 contre 11 et que les remplacements étaient interdits... Même les plus nostalgiques d'entre nous ne regretteront pas ces temps révolus. Maintenant, trois remplacements (voire 4 dans certaines compétitions) sont autorisés en cours de match et c'est très bien comme cela. C'est un vrai plus pour le football.

La difficulté réside sans nul doute dans la gestion humaine des joueurs appelés à prendre place sur ce fameux banc de touche....C'est sans doute plus facile au niveau professionnel où cela fait tout simplement partie du boulot et où le joueur perçoit un salaire compensant, parfois largement, les désagréments liés à ce statut de réserviste un peu particulier. Au niveau amateur c'est nettement plus difficile... Il est parfois fort compliqué pour un joueur s'entrainant peu (voire pas du tout) et dont le foot est le seul vrai hobby, de se retrouver sur le banc de touche par un dimanche matin bien froid à se geler les miches...Dans ce cas extrême,toutes les explications du monde n'effaceront jamais totalement cette frustration bien compréhensible souvent ressentie par le réserviste. Même la fête et la "petite chope" d'après-match n'auront pas la même saveur... La subtilité pour l'entraineur est alors de réussir à transformer cette frustration du joueur en motivation supplémentaire.

L'utilité du banc des réservistes ne se limite maintenant plus à remplacer un joueur blessé comme ce fut le cas en des temps ancestraux. Le "banc" fait partie intégrante de la tactique du coach. Il peut lui offrir une grande variété de possibilités avec des profils de joueurs différents des titulaires.

Et parfois les choix les plus évidents pour le profane (remplacer un attaquant par un autre attaquant par ex...) ne sont pas toujours les meilleurs ! Roberto Martinez, notre excellent coach national, l'a encore prouvé de façon éclatante (et au grand dam de notre statisticien du foot Rodrigo Beenkens...) lors du match contre le Japon en faisant entrer au jeu Marouane Fellaini alors que la Belgique était menée au score et que de nombreux footeux réclamaient Mitchy Batshuayi à cor et à cri...avec le résultat que l'on sait !

Au niveau bien plus modeste auquel évolue notre club, le "banc" a aussi plus d'une fois joué un rôle essentiel dans l'issue du match. Notre D3 a plus d'une fois fait la différence après la montée au jeu de "réservistes" hyper motivés mais l’exemple le plus clair vient sans doute de notre P2. L'année dernière, avec un effectif trop juste quantitativement, notre équipe a vécu un championnat difficile, les solutions de "rechange" n'existant pas en cas de souci tactique ou physique. Tout autre scénario cette année où Ludo Detroux dispose d'un noyau plus fourni et donc de vraies solutions avec un "banc" sur lequel sont passés quasiment tous les joueurs du noyau. Les résultats de l'équipe sont d'ailleurs bien meilleurs qu'à pareille époque l'année dernière... A contrario, la récente défaite contre Vaux-Noville, peut en partie s'expliquer par l'impossibilité d'aligner un banc aussi performant que d'habitude suite à un enchainement de soucis de dernière minute. Conséquence : quand plusieurs joueurs ont baissé pied en deuxième mi-temps, il n'y avait, pour une fois, pas de solution compatible sur le banc...Résultat, deux buts encaissés dans les 20 dernières minutes et une première défaite à la clé en 7 matches... CQFD.

Tout cela prouve combien il est important de disposer d'un banc de qualité si on veut être performant dans un "vrai" championnat (= à enjeu). Les joueurs qui y prennent place font partie intégrante de l'équipe et y jouent un rôle souvent capital. Eux réservistes (d'un jour ou pas), tout comme les "titulaires" méritent à ce titre tout notre respect !

Non, le foot ne se joue plus à 11 !

 

 

 

Commentaires